Les carnets du sous-sol

de Fedor Dostoïevski
Traduction André Markowicz, édition Babel
Création 2017

• Télécharger le dossier

 

C'est l'histoire d'un homme reclus sur lui-même qui se réfugie dans un sous-sol pour ne plus se confronter au monde. Il désespère de la vanité des hommes autant que de la sienne incommensurable. Il conspue l'humanité qui ne cherche qu'avancement, confond le rang pour l'esprit, et ne croit qu'en une seule vérité : l'argent. Il se déteste autant qu'il déteste les autres et n'arrive pas à trouver l'amour, et quand il le trouve, le rejette immédiatement pour faire bien, par pur intellectualisme, pour faire comme dans les livres.

Cet homme nous renvoie à nous-mêmes, il nous parle de son sous terrain qu'est sa conscience accrue pour parler de l'humanité.
C'est le grand frère de Jean-Baptiste Clamence, le juge pénitent de La chute de Camus.
C'est le premier antihéros de la littérature moderne.
Acariâtre et méchant, intelligent, et ridicule, il arrive pourtant à nous séduire.
L'essentiel est là pour l'acteur que je suis : plaire en déplaisant, séduire en énervant.
C'est un régal de dire autant de saletés et de méchancetés avec tant d'intelligence.

Venez écouter les tourments de cet homme malade, venez le voir les exhiber, les cracher,  pour en tirer le plus salvateur des plaisirs : la découverte ou la redécouverte de l'un des plus grands auteur de tous les temps.

Résidence Cratère d’Alès, 3 au 17 avril 2017
Création Cratère d’Alès, 19 au 21 avril 2017
L’Archipel, Scène nationale de Perpignan, les 8 et 9 novembre 2017

Conception et jeu Nicolas Oton
Mise en jeu Ariel Garcia Valdès
Lumières Dominique Borrini
Son Alexandre Flory
Régie Claire Eloy

Production : Machine Théâtre
Coproduction : Le Cratère / Scène nationale d'Alès ; L’Archipel / Scène nationale de Perpignan

 

Crime et châtiment

de Fedor Dostoïevski
Traduit du russe par André Markowicz, édition Actes Sud
Création 2018/2019

• Télécharger le dossier

 

La première idée de Dostoïevski en écrivant Crime et châtiment était d’évoquer l’alcool, « l’ivrognerie » en lien avec son propre père alcoolique.
La misère, la pauvreté, les bas-fonds où il ne reste plus pour l’humain que d’autre choix que de descendre encore plus bas. Avec l’espoir peut-être d’être « pardonné » ou « jugé » par un dieu clément. Et à la fois avec une conscience aigüe et désespérée de son propre abaissement, une lueur de lucidité sur sa propre condition mais aussi sur celle de l’humanité entière : ici pas de faux semblants, de ronds de jambe ou d’artifice : la chair crue du monde est livrée avec ses tourments et ses indignités.
Pas « d’arrangement » possible, de concession ou de consensus.

11 au 23 décembre 2017 et du 26 février au 9 mars 2018 : résidences à L’Archipel, Scène nationale de Perpignan
7 au 22 avril 2018 : résidence au Cratère, Scène nationale d’Alès
20 août au 14 septembre 2018 : résidence à Montpellier
17 septembre au 6 octobre : résidence à L’Archipel, Scène nationale de Perpignan

Distribution en cours

Nicolas Oton mise en scène
Ludivine Bluche assistante

Avec :
Les comédiens de Machine Théâtre Brice Carayol, Laurent Dupuy, Franck Ferrara, Christelle Glize, Patrick Mollo
Et Frédéric Borie, Manuel Le Lièvre, Elodie Bouisson, Alex Selmane, 4 comédiens en cours de distribution
Et deux musiciens

Durée estimée : 2h30

Production : Machine Théâtre
Coproduction : Le Cratère, Scène nationale d’Alès ; L’Archipel, Scène nationale de Perpignan ; Festival Printemps des Comédiens, Montpellier ; En cours de recherche

 

 

 

Créations précédentes

La Nuit des rois

de Shakespeare

Lire

Dom Juan désossé

d'après Molière

Lire
Afficherphotos
Affichertexte